Business

Côte d’Ivoire : Suspension l’exportation de produits vivriers pour six mois

La récente décision du gouvernement ivoirien de suspendre pour six mois l’exportation de produits vivriers, effective depuis le 15 janvier 2024, marque un tournant significatif dans la politique commerciale du pays. Cette mesure, annoncée conjointement par les ministres de l’Agriculture, du Commerce et des Finances, vise à renforcer la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire.

En vertu du décret no 2022-168, cette suspension pourrait avoir des répercussions notables sur l’économie locale, notamment pour les petits producteurs et les exportateurs. La liste des produits touchés est vaste, incluant notamment le manioc, l’igname et le maïs, des denrées clés dans l’alimentation locale et régionale.

La Côte d’Ivoire, notoirement reconnue comme le troisième producteur de manioc de la région, repose sur un système agricole traditionnel et extensif, majoritairement géré par de petits exploitants. Près de la moitié de la production de manioc est commercialisée dans les centres urbains, soulignant l’importance de ces cultures dans le tissu socio-économique du pays.

Cette suspension temporaire est perçue non seulement comme une mesure de précaution mais aussi comme une opportunité de réévaluer les chaînes de production et de distribution alimentaires. En imposant des sanctions contre les violations de ce décret, le gouvernement exprime sa détermination à protéger les intérêts des consommateurs ivoiriens. Cette initiative soulève des questions importantes sur l’équilibre entre autosuffisance alimentaire et dynamiques du commerce international, un débat crucial dans le contexte de l’agriculture mondialisée.